Recherche

Mots-clés

Type de contenu



Ce projet est rendu possible grâce à l’appui financier du ministère du Patrimoine canadien dans le cadre de sa stratégie Culture canadienne en ligne, et de la Direction générale des politiques du patrimoine.

Canadian Heritage

Don Elliott

Don Elliott parle de ses tournées.

Écoutez Ajouter à la liste de lecture Lire la transcription (File Size: 0.36MB)

Don Elliott compare travail à son compte et à la pige.

Écoutez Ajouter à la liste de lecture Lire la transcription (File Size: 0.26MB)

Don Elliott parle de l’influence de son service militaire sur sa musique.

Écoutez Ajouter à la liste de lecture Lire la transcription (File Size: 0.25MB)



If you are experiencing problems playing audio on this site,
please update to the latest version of Flash.

Transcription

Q : Pourquoi avoir quitté les tournées et de la vie du jazz?

R : Bien, Ted, je crois que c'était en 1958, que je jouais dans une boîte nommée The Composures et nous avions de bons trios, Barbara Caroll et Marian McPartland et Billy Taylor. Cy Coleman jouait là. Et j'avais un quartette. J'avais droit à un musicien supplémentaire plutôt que les trios, à cause de l'instrument à vent, vous voyez. Et comme j'ai dit, c'était en 1958, à l'époque où Elvis Presley devenait populaire et Thelonius était en perte de vitesse. La période transition débutait et je me souviens… je me souviens que je jouais dans cette boîte et dans une boîte nommée The Bohemian, Cafe Bohemia, dans le Village. Pour vous donner une idée, Bill Evans était mon pianiste. Vous voyez, nous avions grandi ensemble et si je puis parler d'argent, je faisais un gros 98 $ par semaine, je crois, travaillant six heures chaque soir, sept jours par semaine.