Recherche

Mots-clés

Type de contenu



Ce projet est rendu possible grâce à l’appui financier du ministère du Patrimoine canadien dans le cadre de sa stratégie Culture canadienne en ligne, et de la Direction générale des politiques du patrimoine.

Canadian Heritage

Jimmy Witherspoon

Jimmy Witherspoon parle des influences d’un artiste de blues.

Écoutez Ajouter à la liste de lecture Lire la transcription (File Size: 0.32MB)

Jimmy Witherspoon parle des nuances au sein du genre « blues ».

Écoutez Ajouter à la liste de lecture Lire la transcription (File Size: 0.35MB)

Jimmy Witherspoon parle de ses influences en blues.

Écoutez Ajouter à la liste de lecture Lire la transcription (File Size: 0.81MB)



If you are experiencing problems playing audio on this site,
please update to the latest version of Flash.

Transcription

Q : « Thad Jones me disait une fois que le plus grand cadeau que le jazz ait reçu était la compagnie Ford Motor – tout le monde à Détroit finissait par être musicien, car vous ne vouliez pas travailler à l’usine Ford. Même genre de chose avec vous, mais en même temps, ça a dû vous donner de l’expérience, parce qu’il faut avoir vécu pour chanter le blues. C’est un fait, n’est-ce pas? »

 

R : « Eh bien, je ne sais pas, il faut avoir vécu, mais pas durement. C’est un mythe, mais il faut que vous… le mot est tellement mal utilisé. Vous avez payé votre dû et tout ça. Qui que ce soit dans n’importe quel domaine paie pour avoir du succès, que vous soyez banquier, avocat, ou peu importe. Alors, je crois vraiment que ça a été mal utilisé par les artistes et les musiciens. Et nous nous plaignons tous beaucoup, mais nous ne travaillons que trois ou quatre heures sur vingt-quatre. Nous avons les avantages indirects, de nouvelles personnes, de nouveaux environnements, les voyages en première classe, les rencontres avec des gens de première classe. Alors, nous recevons beaucoup d’avantages. Beaucoup d’artistes ne s’en rendent pas compte, mais je suis reconnaissant, croyez-moi. »