Recherche

Mots-clés

Type de contenu



Ce projet est rendu possible grâce à l’appui financier du ministère du Patrimoine canadien dans le cadre de sa stratégie Culture canadienne en ligne, et de la Direction générale des politiques du patrimoine.

Canadian Heritage

Milt Jackson

Milt Jackson parle de son travail avec différents musiciens.

Écoutez Ajouter à la liste de lecture Lire la transcription (File Size: 0.50MB)

Milt Jackson parle de son amour de la musique.

Écoutez Ajouter à la liste de lecture Lire la transcription (File Size: 0.36MB)

Milt Jackson parle de la possibilité de communiquer par la musique.

Écoutez Ajouter à la liste de lecture Lire la transcription (File Size: 0.15MB)



If you are experiencing problems playing audio on this site,
please update to the latest version of Flash.

Transcription

Q : Vous devez trouver ça difficile d'aller à des endroits où vous ne connaissez pas toujours la qualité des musiciens avec qui vous allez jouer et où vous n'obtenez pas toujours les instruments que vous voulez, non?

R : Les instruments ne sont pas vraiment un problème. C'est seulement les musiciens. Dans certaines villes, si je leur demande assez tôt, ils sont généralement disponibles. Parce que s'ils travaillent ou qu'ils ont un engagement régulier, si je leur demande en temps utile, ils peuvent prendre une semaine de congé ou quelque chose et m'accompagner. Parce que, vous voyez, surtout dans les grandes villes. Je n'ai que peu de problèmes, mais à New York. Par exemple, quand je suis revenu à New York de Milwaukee, je devais commencer jeudi soir dernier dans une boîte new-yorkaise. Et normalement embaucher le groupe, d'accord? Cette fois-ci, mon contrat stipulait que je me produisais uniquement à titre de chanteur. Le propriétaire de la boîte devait lui-même embaucher les musiciens. Voyez-vous? Lorsque je suis arrivé à New York et que je suis descendu vers environ seize heures pour installer mon équipement, il n'avait embauché aucun groupe. Il avait complètement oublié qu'il devait embaucher le groupe, mais je me suis adressé à un groupe de musiciens remarquables; Ronnie Matthews, Rufus Reed et… qui vient de jouer sur cet album que vous avez fait jouer, avec Dexter, et Walter Bolden, un excellent batteur, il jouait cette pièce en solo à l'époque. Voyez-vous, c'est l’une des choses que j'adore à New York, de pouvoir faire ça alors que ce n'est pas évident dans toute autre ville.