Recherche

Mots-clés

Type de contenu



Ce projet est rendu possible grâce à l’appui financier du ministère du Patrimoine canadien dans le cadre de sa stratégie Culture canadienne en ligne, et de la Direction générale des politiques du patrimoine.

Canadian Heritage

Bill King

Biography

WILLIAM MORGAN « BILL » KING (pianiste, compositeur, éditeur, réalisateur) est né le 22 juin 1946 à Jefferson, en Indiana, États-Unis. Il a consacré la majeure partie de sa jeunesse à ses études avec Eva Smith, l’ancienne pianiste de W.C. Handy ainsi qu’avec Don Murray, de l’Académie de musique de Louisville, et Jamey Aebersold, saxophoniste et professeur à l’Université d’Indiana. Au début des années 60, il avait remporté 16 premiers prix à des concours de piano classique et de clarinette en plus d’une bourse pour étudier à l’École avancée de musique contemporaine Oscar Peterson (en 1963) et à l’École de musique Berklee à Boston (en 1964).

King a commencé sa carrière en jouant dans des orchestres locaux de sa communauté et dans des grands orchestres de New York en 1966. Il était membre des Shadows cette même année alors que leur chanson gospel à succès, « Moanin’ », avec le pianiste jazz Bobby Timmons, atteint le « Top 50 » du Billboard. Ce succès le mène à travailler avec plusieurs légendes de la musique incluant The Shangrilas, Dick and Dee Dee, Freddy Cannon, The Dovells et Ronnie Dove. Il a fait la première partie des Beach Boys lors de trois occasions et est apparu à l’émission Dick Clark Caravan of Stars. En 1968, King déménage de Greenwich Village (où il avait été le pianiste résident pour Louie Jordan) pour s’installer à Los Angeles pour devenir le directeur musical et pianiste de Linda Ronstadt. Un an plus tard, il rejoint le groupe de Janis Joplin pour occuper les mêmes rôles.

King déménage à Toronto pour la première fois en 1969 où il signe un contrat d’enregistrement avec la maison de disques Capitol Records avec qui il sort deux albums dont il est l’artiste en vedette (« Goodbye Superdad » et « Dixie Peach ») au cours des années suivantes. Il retourne à Los Angeles en 1976 en tant que directeur musical pour la chanteuse Martha Reeves. Lors de sa tournée avec Reeves en Europe, il est poussé à joindre The Pointer Sisters et les suit à titre de directeur musical l’année d’après au Japon et aux États-Unis. Il se réinstalle à Toronto de façon permanente à la fin des années 70 et forme le groupe rock Kearney, King, and McBride (plus tard rebaptisé China) et enregistre un album éponyme pour Epic/CBS.

En 1984, après de nombreuses années aux côtés de Ronnie Hawkins et son groupe, The Hawks, King fonde sa propre étiquette indépendante de jazz, Night Passage Records, et y enregistre plusieurs albums réussis au cours des quatre prochaines années. Il a aussi sorti un album, « Magnolia Nights », sous l’étiquette Gaia Records.

Au milieu des années 80, King commence une carrière comme animateur jazz. D’abord localement sur les ondes de Q-107 et Q-Jazz, puis pendant trois ans à CIUT-FM où il crée l’émission The Jazz Report et, par la suite, dans l’ensemble du pays sur l’émission The Jazz Report Radio Network entendue dans 26 villes de 1989 à 1991. King a aussi animé et réalisé l’émission hebdomadaire Jazz Preview sur les ondes de Jazz FM pendant quatre ans et demi. À la même époque, il a aussi réalisé et organisé les duos de Joe Sealy en plus de co-réaliser les séries de concerts du « Sound of Toronto » de Jazz FM. En 1987, il établit une carrière parallèle en tant qu’éditeur et président d’une maison de disques avec son partenaire, Greg Sutherland, avec qui il fonde The Jazz Report Magazine. En 1992, ils bâtissent l’étiquette de disques Radioland et, un an plus tard, signent un contrat majeur de fabrication et de distribution avec Verve/Polygram.

Bill King est aussi le principal artisan du succès du Festival international de jazz Beaches à Toronto en agissant à titre de directeur artistique depuis les débuts du festival en 1988. De plus, il a été le directeur artistique du festival de courte durée Toronto International BBQ & Blues Festival. King met sur pied le National Jazz Awards en 2001 dans le but de reconnaître la contribution remarquable des musiciens jazz canadiens.

Prix :
Nominé pour un prix « Meilleur enregistrement jazz » pour « Avenue B » (Night Passage Records)
2000 – Coréalisateur de « Deep in a Dream » avec le saxophoniste Pat LaBarbera, primé du prix Juno du « Meilleur enregistrement de jazz traditionnel »
2001 – « New Beginnings » de Kirk MacDonald, enregistré sous l’étiquette de Bill King et Greg Sutherland, Radioland, est lauréat d’un prix Juno
2002 – « Spectacular » de Campbell Ryga, enregistré sous l’étiquette de Bill King et Greg Sutherland, Radioland, est lauréat d’un prix Juno
2003 – Nommé « Réalisateur de l’année » par les National Jazz Awards
2003 – Le site des nouvelles en ligne touchant le jazz et le blues internationaux, Ejazznews.com, mis sur pied par King et son fils Jesse, est nominé « Meilleur site Web jazz » par l’International Jazz Journalists Association
2007 – Lauréat du prix Paul Hoeffler décerné par les National Jazz Awards dans la catégorie « Photographie jazz »
 

plays


is leader of


has image of

Bill KingBill and his wife Kris King - 1969.